Les Creepypasta

L’horreur. Voilà un thème qui nous a tous fascinés ou paralysés au moins une fois dans notre vie. Les histoires inspirées de faits réels, les contes horribles ou alors ces dires qui se répétaient dans la cour de récré pour nous faire trembler… Au moins une fois, nous n’avons pu fermer les yeux. Parfois, cela s’est suivi par des ribambelles de cauchemars tandis que nos parents répétaient « N’écoute plus ces bêtises la prochaine fois. »

Après cet apprentissage, soit on ferme nos œillères dans l’espoir de ne plus lui faire face, soit on fonce droit devant. Plusieurs groupes se forment alors : ceux évitant la peur à tout prix, ceux l’appréciant par moments et les autres ; les fans invétérés du genre. Cette dernière catégorie est bien souvent la plus difficile à effrayer et elle en demandera toujours plus. Parfois comparées à des drogues, la peur et l’angoisse créent l’adrénaline qui stimule notre corps comme notre imagination.

Suivant l’enfance, l’adolescence arrive. Qui n’a jamais tenté de faire des soirées films d’horreur ou histoires d’horreur ?

L’interdiction des parents donnait encore plus de piment à ces idées clandestines.

Au cœur de ces moments de vie, on regarde ou on écoute des paroles qui ont été très souvent modifiées. Quant aux films du genre, ils sont souvent basés sur des faits réels tel que des meurtres ou alors des événements paranormaux célèbres.

Les films ANABELLE, THE CONJURING, AMYTIVILLE toutes ces jolies histoires – et succès du box-office- s’inspirent de la vraie vie. Par ailleurs, même les scénarii originaux inspirent par la suite des histoires ou de soi-disant vécus qui circulent ensuite sur Internet.

Nous y venons : Internet.

Lieu de partage et de connaissance infinie, des parties plus sombres s’y trouvent, comme partout. Plus la communauté et la liberté est grande, plus les possibilités d’effroi sont immenses. Imaginez une grande ville avec des règles changeantes entre quartiers. D’un lieu à un autre, il y aurait la peur, la débauche mais aussi le savoir et la découverte.

Nos chères histoires d’horreurs de la cour de récré et les films effrayants furent donc totalement apprivoisés sur Internet. Le plus intéressant étant que l’écrit joue un rôle prépondérant dans cette évolution de la fiction horrifique.

Le Creepypasta semble être un terme amusant mais pourtant, la peur et l’émoi qu’ils provoquent sont parfois bien trop réels.

Avant d’avoir peur, gardons les idées claires et décortiquons le terme : il s’agit d’un HOAX sous forme de texte, d’image ou de vidéo circulant sur le Web.

Un hoax n’est autre qu’un canular se diffusant de façon virale. Le hoax est très souvent détaillé et présente certains caractères « d’évidence » cherchant à démontrer que l’histoire est totalement vraie et vérifiable. C’est un terme large qui peut parler de théorie du complot comme de thèmes amusants. C’est lorsqu’il se mêle à la légende urbaine que tout se corse et devient plus sombre.

La légende urbaine se rapproche d’un mythe qui se mêle à plusieurs genres littéraires. S’adaptant au fil du temps, elle circulait par courrier postal avant même que les mails ou les blogs n’existent. Ces légendes forment un folklore : un ensemble d’art et de tradition populaire folk désignant le peuple et lore, le savoir, la connaissance. Au cœur de ces légendes urbaines, on retrouve une forme narrative, un procédé d’identification lié à des lieux communs, des idées reçues et partagées par de nombreuses personnes sans être vérifiées. Elles sont souvent incroyables, mystérieuses et peuvent être basées sur des faits réels avec des explications alternatives.

C’est donc sous de sombres jours que, de l’union du hoax et de la légende urbaine naquit le Creepypasta.

Dérivé de l’anglais copy / paste (copié /collé), on y a simplement ajouté le mot effrayant.

Il est d’ailleurs plutôt étonnant de se dire que l’étymologie de ce mot vient de copié/collé. Toutefois, n’oublions pas que le Creepypasta a une once de hoax en lui. Nous savons tous que les canulars, surtout ceux circulant sur Internet, ressemblent parfois à des chaînes copiées/collées que l’on reçoit par mail ou message. Maintenant, nous avons la possibilité de retrouver ces supercheries dans nos spams mais ce qui est sûr est qu’elles ont la peau dure.

Lesdits Creepypasta prirent une véritable ampleur dans la seconde moitié des années 2000 grâce à l’imageboard de 4chan, d’où provient même la naissance du terme.

4chan ou 4channel dont le nom vient du Japonais Yotsuba Channel est un forum anonyme anglais constitué d’un réseau d’échanges d’images : les imagesboards. Ce site a souvent été pointé du doigt pour les images ou vidéos étrange et dérangeantes que l’on peut y trouver. Tout comme le site Reddit, les controverses sont parfois grandissantes mais comme il fut dit plus haut : dès que les règles diffèrent, il faut s’attendre à tout ; même au pire.

Les toutes premières Creepypasta se présentaient seulement sous forme de textes pour ensuite être dérivées en photos, vidéos ou même musiques. La plupart relèvent du genre fantastique ; le cinéma et les jeux vidéo peuvent aussi être des inspirations. Avant, ces contes étaient souvent courts pour pouvoir être partagés rapidement. De plus, tout était anonyme.