5 Choses à savoir sur le Fantastique et l'Horreur

Avec la Fantasy et la Science-Fiction, le Fantastique et l’Horreur représentent le dernier pilier des littératures de l’Imaginaire. On pourrait les traiter séparément, mais ces genres sont très proches et ont émergé des mêmes objectifs narratifs.


Découvrons de quoi il retourne.


Le Fantastique :



Définissons tout d’abord ce genre. Le Fantastique repose sur l’intrusion du surnaturel dans le réel, ce qui le différencie singulièrement de la Fantasy et du Merveilleux, car ici le surnaturel n’est plus accepté ou commun. Il est paranormal au sens le plus strict : étrange, mystérieux et souvent effrayant.


Ainsi, les protagonistes dans les récits de fantastique n’ont en général pas les connaissances pour comprendre ce qui se passe, ni les armes pour lutter. On se retrouve avec les anciens récits de fantômes ou de vampires, contre lesquels les héros sont démunis et souvent victimes des événements.


Cette littérature était particulièrement fertile au XIXe siècle, ce qui fait que des auteurs classiques s’y sont essayés, à la différence des genres comme la Fantasy et la SF, plus contemporains. Cela donne au genre un meilleur accueil et une meilleure image auprès du public et de la critique, et est ainsi plus étudié en cours de français par exemple.


On a d’ailleurs, en France, longuement classé des œuvres des autres littératures de l’Imaginaire, à défaut de nom.




L’Horreur :


L’Horreur est souvent considérée comme un sous-genre du fantastique, où l’on se concentre sur l’aspect effrayant et cruel du surnaturel, qui est ici exacerbé. Ainsi quand le surnaturel a des effets particulièrement terribles, conduisant à des avilissements, la folie ou des morts sanglantes, on rentre dans l’Horreur.


L’Horreur a ainsi pour fonction de créer des sentiments d’effroi ou de malaise chez le public, aussi bien en littérature que dans les autres médias. Il y a beaucoup de façons différentes d’arriver à ce résultat, et le genre ne se limite pas au gore ou au glauque, même si ces deux thèmes y sont souvent centraux.


Mais l’Horreur ne se limite pas au Fantastique. En effet, si le Fantastique et l’Horreur ont souvent en commun un surnaturel effrayant ou répugnant, ce n’est pas toujours le cas. Par exemple dans les films Aliens, il n’y a aucun élément surnaturel, nous sommes dans de la SF pure, mais avec un traitement horrifique. Tandis que dans Harry Potter, du moins la partie chez les Moldus (je considère personnellement que ce qui se passe dans le monde des sorciers relève du Merveilleux et donc de l’Urban Fantasy), la peur est absente et l’Horreur n’est pas présente.


On peut dès lors difficilement considérer l’Horreur comme un sous-genre du Fantastique, mais plutôt d’un petit frère ou d’une petite sœur qui a fait son chemin depuis.