Dix minutes - Aux éditions Noir d’Absinthe



Nail art inspiré de la couverture de Dix Minutes, illustrée par Flokera


J'avais reçu ce roman en contrepartie de ma contribution à la campagne ulule d’Asphodel, le sulfureux roman de Louise le Bars, et je remercie mille fois Morgane Stankiewiez pour ce cadeau, car j'ai adoré !


Je vous offre donc mon retour sur Dix Minutes, qui, je le pense, est un roman que tout un chacun gagnerait à découvrir.


Le résumé :

Lucie, jeune autrice aussi blasée par les relations amoureuses que je le suis probablement, lancée dans l’écriture d’une romance dont elle ne voit pas le bout, fait une rencontre qui va bouleverser sa vie. Dix minutes lors d’une soirée dans un bar, dix minutes pour parler à une inconnue, sans préjugés, sans cynisme, sans amertume, dix minutes pour nouer des liens. Ce laps de temps paraît très (trop ?) court, et pourtant, c’est tout ce qu’il a fallu à Lucie pour croiser la route de Morgane, et accepter de laisser ses peurs de côté, changer et se reconstruire.



Mon avis :


NB : dans cet avis, j’ai placé quelques citations accompagnées d’un numéro de page. Il s’agit des numéros de pages de la version numérique (qui ne sont pas les mêmes dans la version papier).



Cette recommandation est délicate à formuler, car, vous l’aurez compris, il s’agit d’une romance, et j’en lis très rarement ; je ne parlerai donc pas en spécialiste. Toutefois, comme je lis beaucoup en général, je pense savoir reconnaître une perle quand j’en ai une sous le nez. J’ai tant ri, pleuré, réfléchi durant ma lecture de Dix Minutes que je ne peux que vous conseiller ce texte fort en émotions, aux apparences légères, mais qui, mine de rien, donne matière à penser et repenser.


J'ai accroché dès le début de ma lecture. Tout me plaisait, tout ! Les dialogues savoureux, les personnages attachants, l'humour, le style fluide et entraînant, qui donne envie de lire la suite. Il reste bien quelques répétitions et maladresses, mais franchement ce n'est pas grand-chose et on se laisse très facilement porter par le texte.


J'ai adoré comment, par petites touches, la réalité se rappelle parfois