Interview d'Axelle Colau, autrice de Tisseurs d'Esprit

Tisseurs d’Esprit, le dernier roman jeunesse d’Axelle Colau, est paru le 25 septembre aux éditions Noir d’Absinthe... Voici le résumé de ce condensé de magie, d'aventures et d'émotions:


Quand deux destins s'entremêlent par magie...

Lucie se réveille en pleine rue, sa mémoire vide de tout souvenirs. On ne peut pas en dire autant des monstres qui ont décidé de s’en prendre à elle pile à ce moment, ni de cet homme étrange qui ne lui inspire rien qui vaille. Et encore moins de son sauveur, non pas un chevalier en armure étincelante, mais un écureuil-chat cracheur de feu, de la taille d'un poney.

Avec le soutien d’Akû, son patibulaire compagnon, Lucie affrontera bien des dangers pour retrouver ses souvenirs et sa famille. Sa route croisera celle de Zack, Tisseur de son état, oppressé par l'éducation stricte de sa mère et cherchant à percer le mystère de ses origines. Leurs quêtes sont-elles si différentes, au fond ?

Entre combats à coups de sortilèges, courses-poursuites échevelées et ennemis déterminés, Lucie et Zack arriveront-ils à trouver leur place dans le monde des Tisseurs ?





Dans l’entretien qui suit, Axelle Colau s’exprime sur l’écriture de son roman, sur ses thèmes, ainsi que sur l’ensemble de son œuvre…


SP : Tisseurs d’Esprit est un roman fantastique qui se déroule à Clermont-Ferrand, en Auvergne, une région dont tu es toi-même originaire. Quel rôle ont joué les lieux qui te sont familiers dans la genèse de ton roman ?


AC : J’habite la région depuis environ sept ans, avant, j’ai longtemps résidé dans la Drôme. Ces deux endroits sont des lieux très importants pour moi. La Drôme a vu naître cette histoire, et c’est d’ailleurs là que se déroule le début de l’intrigue, tandis que l’Auvergne m’a envoûtée quand j’étais enfant, et c’est ici que j’élève les miens. Ces lieux ont donc forgée la personne que je suis, je ne pouvais pas ne pas les utiliser dans l’un de mes écrits ! Et puis, j’aime la fantasy urbaine car elle met de la magie dans le réel.