Sous les ailes du dieu corbeau: Interview de Sara Pintado par Anne Ledieu

AL : Bonjour Sara, et merci de répondre à mes questions pour nos lecteurs.

Commençons par présenter la première (superbe !!) et la quatrième de couverture de Sous les ailes du Dieu Corbeau.



Alors que le Grand Roi de Chaljuse dépérit, la lutte pour la succession se prépare. Jenarp, son fils cadet, se doit de réussir l’Épreuve des Crocs pour devenir adulte et espérer prétendre au trône.

Ijpurna, garçon fragile et grand amour de Jenarp, aborde l’Épreuve avec beaucoup plus de réticence. Les Mages du Palais comme ses camarades lui vouent en effet une grande rancœur due à ses origines comme à son identité de genre, qu’ils risquent fort de lui faire payer quand il sera seul et vulnérable dans la montagne.

Quant à Araxa, fille du Mage Suprême et assoiffée de connaissances, peut-être apprendra-t-elle enfin les Mystères interdits aux femmes, ainsi que le nom secret du Dieu Corbeau ?


AL : Dis-moi, qui est Sara Pintado, l’autrice ?


SP : Passionnée de lecture depuis l’enfance, j’ai toujours aimé voyager à travers les livres, mais aussi dans la réalité, j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs endroits en France, de nombreux pays d’Europe de l’Ouest et quelques régions d’Asie. J’apprécie beaucoup le contact avec la nature, la découverte d’autres cultures et d’autres façons de voir le monde, qui constituent des puits d’inspiration.

Je suis aussi amenée, dans mon quotidien, à passer beaucoup de temps dans l’étude de textes sacrés datant de l’Antiquité ou du Moyen Âge, qui m’influencent dans l’écriture.

Quant à mon nom de plume, Sara Pintado, il s’agit de l’un de mes prénoms suivi du nom d’artiste de mon père, que j’ai choisi de reprendre pour mes écrits de fiction.


AL : Comment en es-tu venue à l’écriture ? Est-ce un don que tu cultives depuis ta tendre enfance ou t’est-il venu plus tard ?


SP : J’ai commencé à écrire des histoires dès l’enfance, en même temps que j’apprenais à écrire… Depuis, l’écriture a toujours occupé une place très importante, et même nécessaire, dans ma vie.

Il y a huit ans, j’ai découvert le forum de bêta-lecture Cocyclics, qui m’a permis de beaucoup progresser, ainsi que de rencontrer d’autres autrices et auteurs des genres de l’imaginaire. J’ai pu y lier de belles amitiés et j’ai aussi beaucoup appris en bêta-lisant les textes d’autres auteurs. Ce forum a été (et reste) une source de soutien, de ressources et d’encouragements très importante.


AL : Pourquoi avoir choisi d’exprimer ton art dans la fantasy ?